Latest news

Point de campagne dans les pays de l'AMITOM au 25 octobre 2022

La campagne 2022 est terminée dans la majorité des pays et les résultats provisoires connus  

Egypte

On s’attend à ce que la prévision d’environ 440 000 tonnes soit atteinte. La récolte du Nili vient de se terminer et la récolte d’hiver se déroulera de novembre à janvier. La qualité a été bonne toute l’année avec une excellente récolte.

France

La campagne 2022 restera dans les mémoires comme la plus petite et la plus courte à ce jour, avec seulement 142 000 tonnes transformées sur les 164 000 tonnes contractées (87%). Si après plusieurs saisons difficiles dans le sud-ouest, 2022 a été une bonne année dans la région, ce n’est pas le cas dans le sud-est où les canicules ont affecté les rendements. Au total, 116 000 tonnes ont été transformées en conventionnel avec un rendement moyen de seulement 70 t/ha (83 % des prévisions) avec 25 000 tonnes de production biologique (116 % des prévisions) avec un rendement moyen de 60 t/ha. Le brix moyen était de 4,87.

Grèce

2022 a été l’une des pires années car les industriels n’ont pas pu obtenir toutes les surfaces qu’ils souhaitaient en raison de la compétitivité des cultures alternatives, les faibles rendements agricoles en août et septembre réduisant encore la production. Par conséquent, alors que les intentions des transformateurs étaient de 420 000 tonnes, identiques à la production finale de 2021, les prévisions ont été progressivement réduites tout au long de la saison, passant de 380 000 tonnes lors de la finalisation des plantations au résultat final de 340 000 tonnes. Il n’y a qu’un très petit volume transformé en bio.

 

Hongrie

Alors que la récolte a duré du 1er août au 3 octobre, les usines n’ont fonctionné que 35 jours au total car elles ont dû s’arrêter et redémarrer en raison des pluies. Par conséquent, seules 80 000 tonnes sur les 100 000 tonnes prévues ont été transformées. Le brix moyen était à un niveau record de 5,08 mais la couleur n’était pas si bonne. Les producteurs ont gagné moins que prévu et demanderont une forte augmentation des prix pour 2023. La dévaluation du forint hongrois signifie que le prix de 105 euros/t (130 euros/tonne livrée) lors de la négociation équivaut à 90 euros/t (110 euros/t livré) à la fin de la saison. Il n’y a pas de production biologique en Hongrie.

Italie

Quelques usines fonctionnent toujours dans le sud, mais environ 5,48 millions de tonnes de tomates seront transformées en Italie, soit une réduction de 10 % par rapport aux résultats record de l’an dernier. Au total, 65 180 hectares ont été plantés (-8,5% par rapport à 2021), dont 37 024 au Nord et 28 156 au Centre-Sud. 

Au Nord, le volume final a été de 2,885 millions de tonnes (-6,3% par rapport à l’an dernier). Alors que le début de la récolte a été mauvais jusqu’à la mi-août, en raison de la sécheresse et des températures élevées qui ont causé pas mal de difficultés, les pluies tardives ont permis d’améliorer la fin de saison pour dépasser les prévisions initiales. Le rendement moyen était de 78 t/ha, supérieur à la moyenne sur 5 ans mais inférieur à celui de 2021, avec un brix moyen de 4,85. 

Dans le Centre-Sud, les entreprises ont transformé 2,59 millions de tonnes, soit moins que les 2,65 millions de tonnes attendus et une baisse de 12% par rapport à 2021. On note une dégradation du rendement industriel avec la nécessité d’utiliser de plus grandes quantités de matière première pouvoir garantir des standards de qualité élevés. Une grande partie du volume a été consacrée aux produits de taille HORECA car les stocks étaient très bas et la demande du marché était élevée. 

Environ 11% de la récolte au Nord et 6% au Sud est biologique.

Portugal

Suite à une série de problèmes pendant la récolte et en particulier la chaleur et les pluies, les rendements ont été inférieurs à la normale à 89 t/ha en moyenne et la production totale n’a été que de 1,33 million de tonnes alors que 1,45 million de tonnes étaient attendues. Le brix a baissé après les pluies de septembre. On estime qu’environ 7 000 tonnes de tomates étaient biologiques.

Russie

Le volume total transformé a été de 638 000 tonnes, contre une prévision initiale de 600 000 tonnes. La demande a largement dépassé l’offre. Plus de surfaces que prévu ont été plantées. Deux usines à Astrakhan et Naltchik fonctionnent encore quelques jours. La qualité est moyenne, sans la meilleure couleur car les transformateurs essaient d’utiliser toutes les tomates disponibles. Les difficultés rencontrées cette année en raison des sanctions contre le pays pourraient encore aggraver la situation pour la prochaine récolte.

Espagne

Ce fut une saison difficile marquée par la météo : le manque d’eau a réduit les surfaces plantées, un mois de juillet très chaud avec de nombreux jours au-dessus de 40°C a entraîné des coulures de fleurs, deux épisodes de pluie en septembre ont arrêté les usines par intermittence. Alors que la prévision de début de campagne était réduite de 25 % à 2,5 millions de tonnes faute d’eau, elle s’est soldée par une baisse de 33 % à 2,1 millions de tonnes. Les rendements moyens n’étaient que de 85 t/ha en 2022, après 95 t/ha en 2021. Il n’y a pas encore de chiffres disponibles concernant le volume de tomates bio transformées.

Tunisie

La saison de transformation 2022 s’est pour l’essentiel terminée début septembre avec un volume total transformé d’environ 610 000 tonnes seulement, alors que la prévision initiale était de 850 000 tonnes. Cette diminution est due à la réduction des surfaces plantées (12 671 hectares) et à la baisse des rendements cette saison. Au total, 94 000 tonnes de concentré 28/30 ont été produites.

Turquie

La production finale est estimée à 2,35 millions de tonnes par rapport aux attentes initiales de 2,1 millions de tonnes. Il y a une petite production de bio mais pas de chiffres officiels. Les surfaces plantées dans le sud ont été réduites en raison des cultures concurrentes, notamment le coton, donc c’était une récolte courte dans la région, mais des surfaces plus élevées que d’habitude ont été plantées dans la région de Konya où la saison s’est terminée tardivement.

Ukraine

Cette année, la région d’Odessa est la principale zone de culture et de transformation de tomates puisque la région de Kherson est occupée depuis mars et que la région de Mykolaïv s’est transformée en champ de bataille. La campagne a commencé à la mi-août et durera jusqu’au 4 novembre. Au total, 120 000 tonnes devraient être traitées avec un brix moyen de 4,5.